Les cookies assurent le bon fonctionnement de notre site Internet. En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus OK
0 produits - 0
E-mail :
Mot de passe :
Mot de passe oublié


Accueil Hogrefe Editeur de tests psychologiques A la Une Hogrefe Editeur de tests psychologiques Autisme : l'épreuve du contact visuel

Autisme : l’épreuve du contact visuel

Si, pour beaucoup de personnes, regarder quelqu’un dans les yeux est un non-événement, cette interaction peut être éprouvante, provoquer de l’anxiété voire du dégoût pour des personnes fonctionnant sur le spectre autistique.

 

regard

 

Un malentendu visuel

 

C’est le malentendu de départ dans la relation. Généralement, regarder l’autre dans les yeux permet de jeter les bases de la rencontre. Cette interaction renferme une multitude d’informations, d’usages et de règles sociales, préalable nécessaire à l’ouverture d’une communication verbale.

 

L’absence de contact visuel provoque un tel inconfort chez les personnes « neurotypiques » qu’elles vont alors projeter un sens sur ce comportement non conforme  : une attitude hostile, une forme de soumission, un comportement grossier… Bref, avant même qu’un premier mot ne soit prononcé,  la rencontre est déjà compromise. 

 

Derrière le miroir

 

Et si on renversait le point de vue ? Que se passe-t-il pour la personne, atteinte d’autisme, lors de ce contact visuel ?

 

degoutant

 

Dans son article (The Mighty), Melissa McGlensey recueille les témoignages de personnes autistes face à cette expérience. Si les récits sont singuliers sur la forme, ils traduisent tous un vécu intrusif : « Ça peut se ressentir comme si vous étiez là nu. » nous dit Megan Klein. Plus généralement, soutenir un regard est décrit comme contre-nature, menaçant voire dégoûtant.

 

Sur sa page Facebook, Alex Lowery développe cet aspect : « Je le ressens comme si quelqu’un regardait directement au plus profond de votre âme. Voilà pourquoi il m’était habituellement absolument insupportable et l’est encore dans certaines circonstances ».

 

 

Les stratégies d’évitement

 

 

sourcil

 

L’expérience du contact visuel est d’une intensité extrême, et va rapidement submerger l’individu qui ne peut contenir ce trop-plein sensoriel :

 

« Regarder quelqu’un d’autre dans l’œil signifie que j’incorpore tout sur eux en tant que personne, et je deviens surchargé. C’est un flux constant d’informations sensorielles ou de traitement supplémentaires au dessus de ce que je suis déjà en train d’essayer de trier dans ma tête. Ça peut perturber tout processus de pensée ou de parole qui sont en cours et élimine rapidement mon énergie. »  Laura Spoerl

 

Ainsi, en recueillant des témoignages, on retrouve une autre constante : les stratégies de contournement et de compensation pour satisfaire aux exigences sociales tout en évitant cette situation insoutenable. Pour une personne autiste, soutenir un regard mobilise tellement qu’il devient nécessaire de s’en détourner pour se concentrer sur le contenu de l’échange et avoir la possibilité de le mémoriser.

 

« Le contact visuel est difficile pour moi parce que je suis facilement submergé par beaucoup d’entrées (inputs) différentes. Quand je suis en train d’écouter, de suivre, ou de contribuer à une conversation ou tout simplement de gérer toutes mes sensibilités différentes, il est plus facile, plus confortable et moins douloureux pour moi de ne pas faire de contact avec les yeux. J’écoute et me concentre mieux quand je ne fais pas de contact avec les yeux. »- Erin McKinney

 

concentration

 

Le contact visuel, un signe clinique précoce

 

Le plan Autisme a pour ambition de proposer des prises en charges plus efficientes en généralisant les diagnostics précoces en France. Or, aujourd’hui, l’âge moyen d’un diagnostic de trouble autistique se situe entre 4 et 5 ans. Pour repérer ce trouble plus précocement, le Plan Autisme recommande certains outils d’évaluation comme l’ADOS-2 : cette échelle propose des activités standardisées pour évaluer de nombreux aspects (communication, l’interaction sociale réciproque, le jeu, le  comportement stéréotypé,…), permettant ainsi un diagnostic de l’autisme et des TSA dès 12 mois.

 

Parmi ces champs d’observation, on retrouve « l’Interaction Sociale Réciproque ». Le premier item coté pour cette évaluation concerne le « Contact Visuel Inhabituel ». L’idée est d’établir, au moyen d’une échelle graduée, une distinction entre un regard « net, flexible, socialement modulé et approprié ayant différents objectifs »; et d’autre part un regard « limité en flexibilité en pertinence ou en contexte ».

 

Plus généralement sur le plan visuel, on parle d’un regard « fuyant », qui traverse mais ne se pose nulle part. La notion de « regard latéral évitant » est également utilisée pour décrire  cette manière de balayer rapidement du regard en privilégiant la vision latérale, ce qui donne l’impression que ni les gens, ni les objets, ni les situations ne sont perçues. A l’inverse, une tache ou une forme peut provoquer une forme de fascination extrême.

 

Mlk

 

NB : Les citations sont extraites de l’article de Melissa McGlensey (The Mighty) dont vous pouvez lire une traduction complète sur le blog Médiapart de Gilles Bouquerel.

 

En savoir plus :

 

16 People With Autism Describe Why Eye Contact Can Be Difficult, Melissa McGlensey, The Mighty

 

Autisme et contact visuel : tu veux ou tu veux pas ? Gilles Bouquerelle, blog Mediapart

 



Hogrefe Editeur de tests psychologiques

Hogrefe Editeur de tests psychologiques Hogrefe Editeur de tests psychologiques Hogrefe Editeur de tests psychologiques Hogrefe Editeur de tests psychologiques

Inscrivez vous à l’une de nos 2 newsletters

Hogrefe Editeur de tests psychologiquesHogrefe Editeur de tests psychologiquesHogrefe Editeur de tests psychologiquesHogrefe Editeur de tests psychologiquesHogrefe Editeur de tests psychologiques

Contact

Editions Hogrefe France

2, rue du Faubourg Poissonnière

F-75010 Paris

Tel. : +33 (0)1 53 24 03 70

Fax : +33 (0)1 42 47 14 26





© 2015 • Editions Hogrefe France • 2, rue du Faubourg Poissonnière 75010 Paris • +33(0)1.53.24.03.70
Numéro de SIRET : 489 273 334 00024 • RCS Paris B 489 273 334 • Capital social : 37.000,00 euros
Réalisé par : Admaker TM