Les cookies assurent le bon fonctionnement de notre site Internet. En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus OK
0 produits - 0
E-mail :
Mot de passe :
Mot de passe oublié


Accueil Hogrefe Editeur de tests psychologiques A la Une Hogrefe Editeur de tests psychologiques Développement du Laby 5-12

Développement du Laby 5-12

Le Laby 5-12 évalue les capacités de planification, d’inhibition (impulsivité) et les troubles des fonctions exécutives. Il est particulièrement recommandé pour le dépistage des enfants présentant des troubles du déficit de l’Attention (TDA/H) ou des troubles spécifiques des apprentissages. Comment cet outil a-t-il été développé ? A quoi correspondent les différents indices qu’il permet de calculer ?

 

laby5

L’étude à l’origine du Laby 5-12

 

L’objectif initial de cette étude est de mettre au point un outil simple et rapide pour diagnostiquer les enfants porteurs de TDA/H, en tenant compte des erreurs que commettent communément ces enfants confrontés à un problème à résoudre dans la vie quotidienne. Le Laby 5-12 a été élaboré en référence au modèle à deux voies pour rendre compte de deux phénomènes :

 

1) l’incapacité à inhiber une réponse motrice erronée ou persistance dans l’erreur ;

 

2) la volonté de réduire le temps d’exposition à la tâche sans pouvoir utiliser un temps d’analyse nécessaire à une réalisation correcte.

 

Les épreuves de labyrinthes peuvent être assimilées à une activité de résolution de problèmes. Un problème est une représentation construite à partir d’une tâche à résoudre dont la solution n’est pas immédiatement disponible. Dans le cas des labyrinthes, malgré le caractère évident du but à atteindre, la procédure à mettre en place ne va pas de soi, surtout si des embûches sont disposées à dessein sur le trajet.

 

Forme et densité des labyrinthes

 

La composante perceptive de la résolution des labyrinthes est manipulée par deux aspects : la forme générale (angulaire ou circulaire) et la densité des chemins à parcourir (aérée ou compacte). Les labyrinthes de forme circulaire amènent un degré de difficulté supplémentaire. Ils imposent une observation et une attention continues afin de maintenir la stratégie de résolution, contrairement à la forme angulaire qui permet plus aisément des sauts visuels sans que cela n’entrave le suivi de l’ensemble.

 

Pour chacune des formes, la densité est ensuite déclinée en deux modalités : la forme aérée propose des labyrinthes de type boyau où chaque chemin est isolé des autres ; la forme compacte propose des chemins accolés les uns aux autres. L’augmentation de la charge perceptive est nette dans cette dernière modalité.

 

labyr

 

Types de labyrinthes

 

Quatre types de labyrinthes ont été mis au point : simples, avec ramifications, avec amorçage négatif, combinaison ramifications et amorçage négatif (ce dernier type de labyrinthe a été éliminé). La situation de labyrinthe, qui exige un temps d’exploration préalable pour identifier la bonne direction à suivre, est construite pour inciter l’enfant TDA/H à commettre des erreurs du fait de l’aversion qu’il éprouve pour les temps d’attente et de la tendance à aller le plus rapidement possible vers la sortie en ignorant les détours obligatoires (défaut d’inhibition).

 

La résolution fait appel à une plasticité cognitive et une capacité à inhiber des tracés dans une direction faussement évidente qui font défaut aux enfants TDA/H. L’enfant ne peut envisager d’emprunter un trajet plus long en faisant un détour pour parvenir à la solution. Ces embûches vont viser, d’une part, les composantes de la voie de l’inhibition motrice (modèle de Barkley), par la nécessité d’envisager les alternatives mais, d’autre part, elles rendent compte de la difficulté à prendre le temps nécessaire pour résoudre le problème posé, ce qui correspond à l’aversion pour le délai (modèle de Sonuga-Barke).

 

 

Labyrinthes simples

 

Dans ces labyrinthes, le but, bien que facilement repérable, n’est pas directement accessible, mais la difficulté reste modérée. Le premier labyrinthe de chaque série répond à cette définition simple. Il n’y a pas d’obstacle de résolution particulier, simplement la sortie n’est pas immédiate.

Labyrinthes avec ramifications (utilisation des fonctions prospectives)

 

L’augmentation de la longueur des impasses et du nombre d’intersections contenues dans celles-ci obligent l’enfant à s’arrêter, prospecter et prendre une décision avant de lancer le mouvement graphique qui l’amènera à la prochaine alternative. Ce type d’embûche permet d’explorer la capacité à attendre et à maintenir en mémoire les informations avant de passer à l’action. Le second labyrinthe de chaque série est construit sur ce modèle.

 

Labyrinthes avec amorçage négatif (flexibilité cognitive)

 

La direction initiale que le sujet doit prendre dans le labyrinthe est en désaccord avec celle de la sortie ; l’enfant est donc incité à s’engager dans une direction qui, en définitive, n’aboutira pas à la sortie. Le troisième labyrinthe de chaque série est conçu sur ce principe.

 

Les labyrinthes combinant les deux types d’embûche ont été éliminés suite à un premier traitement statistique indiquant que les performances se situaient, pour les différentes tranches d’âge et de manière systématique, entre celles obtenues avec les labyrinthes avec ramifications et ceux avec amorçage négatif alors qu’ils étaient supposés être les plus difficiles à réaliser.

 

Il semblerait que la recherche de complexité croissante dans deux dimensions aboutit en fait à une annulation réciproque, l’augmentation des ramifications nécessitant de multiplier les impasses, et donc de raccourcir leur longueur, ce qui amène l’enfant à se rendre compte de sa méprise plus rapidement dans les situations avec amorçage négatif.

 

Types d’erreurs & indices du Laby 5-12

 

Les différents types d’erreur retenus dans l’épreuve ont les suivants :

 

- Les Mauvaises Directions (MD) : elles renseignent sur l’absence ou la faible planification initiale.

 
- La Distance Parcourue en plus (DP) : les enfants avec TDA/H souffrent de l’absence ou d’un faible niveau d’auto-observation et donc de détection de l’erreur ; ils auront alors plus tendance à persister
dans les impasses que les enfants tout-venant. Cette distance rend compte de la difficulté à inhiber et à modifier un tracé erroné (Modèle de Barkley).

 
– Les Lignes Coupées (LC) peuvent être le témoin de deux symptômes : la recherche d’un raccourcissement de l’épreuve par une augmentation de la vitesse en diminuant la précision du tracé ; l’incapacité à maintenir un contrôle moteur simultanément à la recherche perceptive de la solution du problème. Le nombre de Lignes Coupées est un signe de la difficulté du sujet à prendre le temps nécessaire pour trouver le bon chemin et correspond, pour les enfants TDA/H, au modèle d’aversion pour le délai de Sonuga-Barke.

 

C’est à partir de ces données brutes que sont calculés les différents indices du Laby 5-12  : Indice Général d’Erreurs, Indice d’Inhibition, Indice d’Aversion pour le délai.

 

 

En savoir +

 

Cliquez sur les vignettes pour accéder aux contenus :

 

porteus-hist  labyTDAH

prezlaby  labydev



Hogrefe Editeur de tests psychologiques

Hogrefe Editeur de tests psychologiques Hogrefe Editeur de tests psychologiques Hogrefe Editeur de tests psychologiques Hogrefe Editeur de tests psychologiques

Inscrivez vous à l’une de nos 2 newsletters

Hogrefe Editeur de tests psychologiquesHogrefe Editeur de tests psychologiquesHogrefe Editeur de tests psychologiquesHogrefe Editeur de tests psychologiquesHogrefe Editeur de tests psychologiques

Contact

Editions Hogrefe France

2, rue du Faubourg Poissonnière

F-75010 Paris

Tel. : +33 (0)1 53 24 03 70

Fax : +33 (0)1 42 47 14 26





© 2015 • Editions Hogrefe France • 2, rue du Faubourg Poissonnière 75010 Paris • +33(0)1.53.24.03.70
Numéro de SIRET : 489 273 334 00024 • RCS Paris B 489 273 334 • Capital social : 37.000,00 euros
Réalisé par : Admaker TM